Romans de terre

 

ROMANS DE TERRE

 

Les romans de terre sont une invitation au voyage. Voyage au cœur de la passion, celle des auteurs dont la plume fait vivre d’extraordinaires destins, celle, aussi, de leurs héros qui, livre après livre, deviennent une part de notre mémoire. Voyage encore au cœur de nos régions, voyage enfin au doux parfum d’antan.

En téléchargement

2010

2011

2012

2013


2014

2015

JUIN 2016

DÉC. 2016


2017


Quelques titres

Pour l'amour de la vigne

Gabrielle ADAM

Le château Debrezac est au bord de la ruine, victime de la gestion obsolète du patriarche. Julien est bien décidé à prendre les choses en main en proposant une transformation radicale pour sauver le domaine. Kate, sa fiancée, le soutient dans son projet qui va à l’encontre des idéaux de Pierre, l’aîné des Debrezac, attaché à la terre et aux vignes de son enfance. Une modeste employée du domaine, Juliette, éprise depuis toujours de Julien et grande amie de Pierre, entre dans la course pour protéger cet endroit magique, où elle aussi a grandi.

Le Maître de Castellar

Françoise BOURDON

En 1883 en Camargue, Noémie Valade se remarie avec Frédéric Marescot, propriétaire du mas du Castellar. Ancien communard endurci par le bagne, Frédéric se consacre avec passion à l’élevage des taureaux de sa manade. Noémie a ses blessures secrètes. Jusqu’à sa mort, sa belle-mère l’a accusée d’avoir poussé son premier mari au désespoir et au suicide. Elle croit que ce remariage sera un nouveau départ mais le temps des illusions sera court. Frédéric se montre cassant  ; il supporte mal le désir d’émancipation de sa femme. Surtout, il n’a pas tout dit de son passé. Une ombre plane dont Noémie a le pressentiment qu’elle rendra à jamais impossible leur bonheur…

Port-des-vents

Hortense DUFOUR

A Port-des-Vents, village-îlot charentais bordé par l'océan, souffle le vent ravageur. Parmi les habitants, une lignée de femmes puissantes, qui vivent dans une maison de pêcheurs. Les hommes de la famille sont morts. Le rude monde marin et les passions se sont chargés de ces morts-là. Les femmes, elles, rebâtissent sans cesse ce que le vent détruit ; chaque jour elles poussent la lourde brouette pleine d'huîtres. Elles sont les passeuses, se transmettant les gestes de la vie, de la maternité. Autour d'Adèle, l'aïeule, quatre générations de femmes : Adrienne, Marjolaine, Indiana et Elena. Toutes sont restées à Port-des-Vents, sauf Elena qui y revient quand les fruits du verger abondent ; les étés à Port-des-Vents sont splendides. Il y a celle, enfin, par qui tout est arrivé : Adrienne. Car à Port-des-Vents, les passions sont dévastatrices...