Exposition Titouan Lamazou

Titouan Lamazou par Michel Onfray

      Tout le monde connaît Titouan Lamazou bourlingueur de toutes les mers du monde, bardé de titres, champion hors catégorie des vagues les plus scélérates, inventeur de challenges maritimes, fondateur de trophées, grand solitaire devant l’Éternel - qui n’existe pas…

    Beaucoup connaissent aussi le dessinateur, le peintre, le plasticien, le photographe, l’artiste, le militant de la cause des femmes, l’homme qui a été « Artiste de l’UNESCO pour la Paix » en 2003.

      Mais peu sont au courant que, derrière l’homme de mer et l’artiste qui a l’amitié du plus grand nombre, on trouve un travail technique impressionnant qui joue avec les durées et le temps, l’image et la virtualité, l’icône et la réalité. Modeste et discret, il ne raconte pas ses secrets de fabrication à tout bout de champ, mais, une fois dévoilés, on découvre un authentique artiste avec un monde qu’explorera la médiathèque d’Argentan.

 

                                                                                                       MICHEL ONFRAY

Biographie

        À 17 ans, Titouan Lamazou décide de partir autour du monde pour réaliser un carnet de voyage et choisit le bateau comme mode de transport en proposant ses services d’équipier. C’est ainsi qu’il rencontre Eric Tabarly, dont il sera pendant deux ans l’équipier sur Pen Duick VI.

 

       Vingt ans plus tard, après avoir remporté le titre de champion du monde de course au large, il retrouvera sa première vocation d’artiste, publiera de nombreux ouvrages, avant de se consacrer au projet "Zoé-Zoé, Femmes du Monde" sur lequel il travaille depuis 2002. Il entend, par ce travail, promouvoir l’autonomie des femmes et l’égalité entre les sexes.

 

      À ce titre, il a été nommé Artiste de l’UNESCO pour la Paix en 2003, en reconnaissance « ... de son engagement personnel et en sa qualité de peintre, d’écrivain et de photographe en faveur de la promotion des femmes et de l’affirmation de leurs droits ».

 

       C’est en 1998, lors d’une exposition au Musée des Arts Décoratifs à Paris qu’il dévoile pour la première fois son projet de résidence artistique itinérante, le bateau-atelier.

        En 2008, Titouan crée LYSISTRATA, une association à but non lucratif, afin de prolonger son combat pour la défense des droits des femmes.

 Dans le sillage de cet engagement humanitaire, son projet de bateau-atelier s’inscrit désormais dans une démarche solidaire envers les plus démunis.

Titouan Lamazou au Musée de l'Homme à Paris 2007-2008 « Zoé, Zoé, Femmes du monde »

C'est chez lui, dans son atelier, installé pour un temps au musée de l'Homme à Paris juste au-dessus du musée de la Marine, que Titouan a choisi de nous montrer ses œuvres.

 

Après avoir traversé un vestibule en forme de librairie, nous pénétrons dans la grande galerie. Nous découvrons une forêt de chevalets et de tréteaux de bois clair, supportant des vitrines horizontales et verticales évoquant la scénographie ancienne du musée de l'Homme, mais surtout l'ambiance de l'atelier de Titouan au retour des voyages. Les tables de travail sont recouvertes de centaines d'œuvres, de croquis, de peintures, de planches-contacts, de tirages de lecture, de photos peintes et de carnets d'écriture... Sur les murs sont exposées des œuvres plus sacralisées dans leur présentation, allant de la simple esquisse au pastel à d'immenses photos-tableaux très sophistiquées.

 

Posée également sur tréteaux, une grande table, dont les formes reprennent celles d'un planisphère, permet aux enfants de s'attarder pour dessiner ou de feuilleter les ouvrages qui retracent cette aventure. De loin en loin, nous pouvons faire une pose sur de larges canapés, puis nous accédons à un salon de repos où sont projetés les films relatant les rencontres de Titouan avec les femmes de son monde ainsi qu'un diaporama haute définition invitant à voyager au cœur de son œuvre.

 

Cette exposition ne ressemble à aucune autre, par sa diversité, son ampleur, sa générosité. Elle déborde les frontières dans le domaine de l'art comme dans celui du politique. A l'instar de Victor Segalen, Titouan veut faire autre chose !

Écrire commentaire

Commentaires : 0