Exposition Pierre OLINGUE

Pierre OLINGUE
DU  5 FEVRIER
AU 2 AVRIL 2011

 

 

PETITS REBUTS ET GRANDE CUISINE

 

Du plus loin de mes souvenirs, une injonction de ma mère : “À table !”, m’arrachait immanquablement à mes occupations d’enfant. Je me rappelle le poids de son énorme livre de recettes “L’Art culinaire Français” qu’elle sortait pour concevoir, entrées, plats, desserts et entremets, à l’occasion d’un repas de fête. Je ne peux m’empêcher de penser à tous ces plaisirs de la table familiale. De cette image ressurgie, comment ne pas revoir ce qui s’offrait à moi sur une aire de jeu nouvelle, où, à l’insu de mes parents, je poursuivais mes jeux avec les aliments qui composaient le rituel du repas. Je ne savais pas alors, m’adonnant à mon tour à la cuisine, que j’en viendrai, à force de conserver depuis près de dix ans mes “Petits Rebuts”, à recréer “la carte” de mes plats imaginaires. Aussi, ces images à la fois surréalistes et oniriques sont un hommage à Magritte et Delvaux. Ce dernier fréquentait “Comme Chez soi” l’excellente table de Pierre Wynants de la place Rouppe à Bruxelles. Les recettes illustrées de celui-ci émerveillaient mon imagination, par la sobriété des présentations et la richesse présumée des arômes qu’il mettait dans toutes ces créations culinaires. Que de plaisirs, rêves et jeux nouveaux en perspective autour de ce cérémonial si l’on imagine qu’au cours de son existence, l’homme mange de 75 000 à 100 000 fois et y consacre 13 à 17 années de sa vie éveillée. “Cuisiner, c’est raconter une histoire, c’est recréer le passé” dit un proverbe suédois. Interroger le passé, se nourrir au quotidien ou interpréter une “nouvelle cuisine”, c’est ce que j’ai tenté de réaliser, avec la complicité de mon scanner. Dans ma cuisine, il y a le légume noble servant à l’élaboration du plat et les déchets qui n’honoreront pas le palais. Il était grand temps que ceux-ci trouvent enfin une reconnaissance. Une fois déshydratés, ils sont numérisés et une nouvelle cuisine s’opère ...

Pierre Olingue

Petits Rebuts et Grande Cuisine

 

 

 

Du plus loin de mes souvenirs, une injonction de ma mère : “À table !”, m’arrachait immanquablement à mes occupations d’enfant. Je me rappelle le poids de son énorme livre de recettes “L’Art culinaire Français” qu’elle sortait pour concevoir, entrées, plats, desserts et entremets, à l’occasion d’un repas de fête. Je ne peux m’empêcher de penser à tous ces plaisirs de la table familiale.

De cette image ressurgie, comment ne pas revoir ce qui s’offrait à moi sur une aire de jeu nouvelle, où, à l’insu de mes parents, je poursuivais mes jeux avec les aliments qui composaient le rituel du repas.

Je ne savais pas alors, m’adonnant à mon tour à la cuisine, que j’en viendrai, à force de conserver depuis près de dix ans mes “Petits Rebuts”, à recréer “la carte” de mes plats imaginaires.

Aussi, ces images à la fois surréalistes et oniriques sont un hommage à Magritte et Delvaux. Ce dernier fréquentait “Comme Chez soi” l’excellente table de Pierre Wynants de la place Rouppe à Bruxelles. Les recettes illustrées de celui-ci émerveillaient mon imagination, par la sobriété des présentations et la richesse présumée des arômes qu’il mettait dans toutes ces créations culinaires.

 

PETITS REBUTS ET GRANDE CUISINE

 

 

 

Du plus loin de mes souvenirs, une injonction de ma mère : “À table !”, m’arrachait immanquablement à mes occupations d’enfant. Je me rappelle le poids de son énorme livre de recettes “L’Art culinaire Français” qu’elle sortait pour concevoir, entrées, plats, desserts et entremets, à l’occasion d’un repas de fête. Je ne peux m’empêcher de penser à tous ces plaisirs de la table familiale.

De cette image ressurgie, comment ne pas revoir ce qui s’offrait à moi sur une aire de jeu nouvelle, où, à l’insu de mes parents, je poursuivais mes jeux avec les aliments qui composaient le rituel du repas.

Je ne savais pas alors, m’adonnant à mon tour à la cuisine, que j’en viendrai, à force de conserver depuis près de dix ans mes “Petits Rebuts”, à recréer “la carte” de mes plats imaginaires.

Aussi, ces images à la fois surréalistes et oniriques sont un hommage à Magritte et Delvaux. Ce dernier fréquentait “Comme Chez soi” l’excellente table de Pierre Wynants de la place Rouppe à Bruxelles. Les recettes illustrées de celui-ci émerveillaient mon imagination, par la sobriété des présentations et la richesse présumée des arômes qu’il mettait dans toutes ces créations culinaires.

 

Que de plaisirs, rêves et jeux nouveaux en perspective autour de ce cérémonial si l’on imagine qu’au cours de son existence, l’homme mange de 75 000 à 100 000 fois et y consacre 13 à 17 années de sa vie éveillée.

 

“Cuisiner, c’est raconter une histoire, c’est recréer le passé” dit un proverbe suédois.

 

Interroger le passé, se nourrir au quotidien ou interpréter une “nouvelle cuisine”, c’est ce que j’ai tenté de réaliser, avec la complicité de mon scanner.

Dans ma cuisine, il y a le légume noble servant à l’élaboration du plat et les déchets qui n’honoreront pas le palais. Il était grand temps que ceux-ci trouvent enfin une reconnaissance. Une fois déshydratés, ils sont numérisés et une nouvelle cuisine s’opère ...

 

 

Pierre Olingue

 

 

Que de plaisirs, rêves et jeux nouveaux en perspective autour de ce cérémonial si l’on imagine qu’au cours de son existence, l’homme mange de 75 000 à 100 000 fois et y consacre 13 à 17 années de sa vie éveillée.

 

“Cuisiner, c’est raconter une histoire, c’est recréer le passé” dit un proverbe suédois.

 

Interroger le passé, se nourrir au quotidien ou interpréter une “nouvelle cuisine”, c’est ce que j’ai tenté de réaliser, avec la complicité de mon scanner.

Dans ma cuisine, il y a le légume noble servant à l’élaboration du plat et les déchets qui n’honoreront pas le palais. Il était grand temps que ceux-ci trouvent enfin une reconnaissance. Une fois déshydratés, ils sont numérisés et une nouvelle cuisine s’opère ...

 

 

Pierre Olingue


PETITS REBUTS ET GRANDE CUISINE

 

 

 

Du plus loin de mes souvenirs, une injonction de ma mère : “À table !”, m’arrachait immanquablement à mes occupations d’enfant. Je me rappelle le poids de son énorme livre de recettes “L’Art culinaire Français” qu’elle sortait pour concevoir, entrées, plats, desserts et entremets, à l’occasion d’un repas de fête. Je ne peux m’empêcher de penser à tous ces plaisirs de la table familiale.

De cette image ressurgie, comment ne pas revoir ce qui s’offrait à moi sur une aire de jeu nouvelle, où, à l’insu de mes parents, je poursuivais mes jeux avec les aliments qui composaient le rituel du repas.

Je ne savais pas alors, m’adonnant à mon tour à la cuisine, que j’en viendrai, à force de conserver depuis près de dix ans mes “Petits Rebuts”, à recréer “la carte” de mes plats imaginaires.

Aussi, ces images à la fois surréalistes et oniriques sont un hommage à Magritte et Delvaux. Ce dernier fréquentait “Comme Chez soi” l’excellente table de Pierre Wynants de la place Rouppe à Bruxelles. Les recettes illustrées de celui-ci émerveillaient mon imagination, par la sobriété des présentations et la richesse présumée des arômes qu’il mettait dans toutes ces créations culinaires.

 

Que de plaisirs, rêves et jeux nouveaux en perspective autour de ce cérémonial si l’on imagine qu’au cours de son existence, l’homme mange de 75 000 à 100 000 fois et y consacre 13 à 17 années de sa vie éveillée.

 

“Cuisiner, c’est raconter une histoire, c’est recréer le passé” dit un proverbe suédois.

 

Interroger le passé, se nourrir au quotidien ou interpréter une “nouvelle cuisine”, c’est ce que j’ai tenté de réaliser, avec la complicité de mon scanner.

Dans ma cuisine, il y a le légume noble servant à l’élaboration du plat et les déchets qui n’honoreront pas le palais. Il était grand temps que ceux-ci trouvent enfin une reconnaissance. Une fois déshydratés, ils sont numérisés et une nouvelle cuisine s’opère ...

 

 

Pierre Olingue

 

 

 

Présentation de l'artiste 

 

BIOGRAPHIE________________________

Né en 1948, il vit et travaille à Rouen.

Formation artistique aux Beaux-Arts de Caen, Paris et Rouen.

 Enseigne les Arts Plastiques pendant plus de dix ans.

Photographie depuis 1974 les compagnies régionales, nationales de théâtre, de danse et de musique (Jazz).

Ouvre, en 1981, un atelier indépendant de créations graphiques et photographiques.

En 1991, est co-fondateur et Directeur Artistique d'une manifestation internationale de Photo-reportage "Les Rencontres Photographiques de Normandie".

Crée à Rouen le Centre Photographique de Normandie en 1994.

A développé, sur le département de la Seine-Maritime, pour la DDASS, une action d’insertion utilisant le médium photographique comme moyen de restructuration et de redynamisation pour un public allocataire du RMI (1996-1999).

Collabore avec la DDTEFP, à la conception d’un calendrier “an 2000”, pour la non discrimination raciale à l’embauche.

Chargé d’enseignement en photographie pour la formation des travailleurs sociaux (IDS Canteleu) depuis 1975.

Intervient en milieu scolaire dans le cadre d'ateliers de pratique artistique pour l’Académie de Rouen : “Voyages en ville” classes à P.A.C. et “Sténopé”.

 Photographe officiel pour le Festival du Cinéma Nordique de Rouen (1999-2010).

 Photographe officiel du Festival Chants d'Elles.

 Expose régulièrement en région, à Paris, en France et à l’étranger.