Exposition Gérard Cambon

 

EXPOSITION
Gérard CAMBON
1er MARS au 18 MAI 2014 

 

Présentation de l'artiste 

 

QUEL EST VOTRE PARCOURS ?________________________

 

Je suis autodidacte. Enfant, je griffonnais, je faisais des bateaux et des avions en bois, puis j’ai commencé à faire des collages et du modelage. J’ai découvert le papier mâché, réalisé des personnages très caricaturaux à la Daumier puis j’ai eu envie d’incorporer différents matériaux ; Petit à petit des assemblages se sont constitués, les personnages se sont intégrés dans un environnement toujours plus grand, j’ai souhaité créer des atmosphères.

 

Samedi 29 mars de 14h à 17h

présence de l'artiste Gérard CAMBON

à la médiathèque.

 

 

ON PARLE DE LUI ...________________________

 

" C'est l’histoire d’un sculpteur qui ne bride pas son imagination, qui ose donner vie à sa fantaisie, qui crée de toutes pièces un univers singulier, unique, essentiel et fondamental pour les amateurs d’art que nous sommes. Bienvenue dans le monde de « locomobiles », de cités faites de bric et de broc au cœur desquelles une foule de drôles de petits êtres monochromes observent, avec de grands yeux candides, le monde qu’on leur a imaginé ! Bienvenue au cœur d’un songe créé par un artiste génial qui en appelle au rêve (« rêver, c’est créer des images. ce n’est pas refuser en bloc le monde dans lequel nous vivons – il faut bien faire avec- c’est plutôt, par petites touches, esquisser les contours d’une humanité » …, écrit-il), un sculpteur audacieux qui invite à l’évasion systématique, par l’imaginaire…"

Ludovic Duhamel

 

QUELQUES OEUVRES EN PHOTOS ________________________

 

EXTRAITS D'UNE INTERVIEW AVEC MARIE MOREL _____________


 

 

Qui êtes vous Gérard Cambon ? 

 

Plutôt que de me plonger dans des abîmes de perplexité métaphysique, je vous livre juste la description d’un journaliste: « il est massif et rustique mais derrière l’apparente bonhomie du personnage se cache un mystère ». Mes amis l’avaient tous apprise par cœur et se faisaient un plaisir de me le réciter en boucle.

 

 

Comment êtes-vous devenu artiste ? 

 

Disons qu’au début, il y a juste une envie, on ne se pose pas de question. Ensuite, il peut y avoir un engagement, une nécessité de faire, un besoin viscéral. Pour moi, il y a eu une vraie rupture qui a accéléré le processus : Par la suite, j’ai démultiplié mon activité. Depuis quelques années, la sculpture, c’est un exercice quotidien d’hygiène mentale. Mais cela peut aussi être terriblement obsédant et frustrant.

 

 

Comment décrire votre œuvre ? 

 

Je fais des assemblages. Je rassemble d’abord des choses qui n’ont pas vocation a être ensemble et je recherche la fusion des éléments. Ensuite, je crée des personnages et je les mets en scène…Je ne sais pas davantage parler de mon travail mais si cela vous inspire, je suis à l’écoute…

 

 

Que représente votre atelier ? Comment est-il ? 

 

Mon atelier, c’est ma maison… Avec divers espaces qui illustrent finalement le processus de fabrication : a l’entresol, la cave/ grotte avec tous les matériaux ou j’assemble mes pièces, au premier étage la salle de peinture et d’insertion des personnages, et aussi la salle de bain pour les enduits, au deuxième étage le dépôt de la pièce une fois terminée. le passage du 1erétage au 2eme est difficile : à un moment, il faut se forcer à se dire que la pièce est finie..

 

 

Comment travaillez-vous ? 

 

Je fabrique mes pièces par envie de faire. Je n’ai pas trouvé d’autres mots. C’est le désir qui me guide. C’est un plaisir égoïste : on est dans les profondeurs, on est absorbé, on oublie le temps. On explore, on trie et on assemble les idées, les matériaux. On doute. On teste. On coince. On remonte à la surface pour boire un café, puis on se relance… une trouvaille qui permet de s’engager, de continuer… Et puis du travail d’assemblage, de fixation, beaucoup de travail ingrat, lent, invisible. C’est tout cela qui génère un environnement,. Celui-ci terminé, vient mise en scène des personnages qui définissent l’échelle et surtout introduisent la vie…et ça c’est un grand plaisir… et puis après, le début de la peinture, le début du doute et de l’insatisfaction: on a toujours peur de défaire ou de dénaturer … d’en faire trop. Trop de couleurs, pas assez de sens… surtout ne pas se caricaturer…A un moment, on se force à se dire que la pièce est finie. Et puis on passe à autre chose.

 

 

>> Cliquez ici pour voir l'intégralité de l'interview

 

AFFICHE DE L'EXPOSITION________________________

 

QUELQUES EXPOSITIONS________________________

Janvier 2013

- OUTSIDER ART FAIR -

-- NEW YORK --

Février 2013

- GALERIE « LE SOLEIL SUR LA PLACE » -

-- LYON --

Mars 2013

 

- LILLE ART FAIR  – Galerie Richard Nicolet -

-- LILLE --

Mai 2013

- BEATRICE SOULIE -

-- Paris --

 
 

POUR PLUS D'INFORMATIONS________________________

 

 

Retrouvez plus d'informations sur le site internet de l'artiste.

 

art-magazine.org/gerard-cambon-sculpteur

 

 


Écrire commentaire

Commentaires : 0