Exposition Christian Malon

 

EXPOSITION
Christian MALON
DU 12 SEPTEMBRE AU 10 OCTOBRE 2009 

 

 

Gestes et regards, paysans de Normandie

« Le photographe leur a parlé. Ils n'ont rien changé à leurs gestes. Ils savent mieux que personne ce qu'ils sont, ni braves, ni fiers, ni même modestes, eux-mêmes simplement.

Le photographe a sorti très précautionneusement ses objectifs et il a choisi celui qui lui paraît le meilleur ce jour-là et qui est son propre regard. La vie s'est arrêtée à cet instant, dans le chemin creux du bocage, hors du temps. »

                                                           Armand Frémont

                                                           Extrait de l'ouvrage " Gestes et regards " éd. C. Corlet 

Christian Malon

Les photographies de Christian Malon transportent le regard du visiteur de l’exposition de l’Auvergne à la Normandie. L’association serait curieuse, voire étrange, si l’on ne savait, avant de rencontrer ces images, que le photographe est Auvergnat d’origine et que l’enseignant travaille au lycée agricole de Vire. Une double nationalité en somme, teintée d’une forme originale de pluriactivité: l’homme de l’Art et l’homme du Savoir. Cette dualité que Christian Malon revendique est une des clefs pour comprendre son travail. Il commence ses premières prises de vues il y a trente ans en Auvergne. C’est la période des années soixante et de la réalité, devenue concrète, d’une mutation qui passe par le productivisme. Les époques sont là, présentes, comme un livre ouvert pour celui qui s’intéresse au devenir de l’agriculture et qui a la chance de vivre ces moments privilégiés où le souvenir et l’avenir sont un même présent. Le jeune photographe prend conscience qu’il y a là matière à fixer ce temps qui passe parce que tout bientôt sera différent. Au travers de ses déplacements, de ses rencontres, il photographie ces « gens du Pays » qui sont porteurs de plusieurs décennies d’une pratique de l’agriculture où l’activité économique n’était que la face visible de racines enfouies au plus profond de la terre. Le boulimique d’images va dans les fermes, les cafés, les foires, sur les routes où les voitures difficilement se croisent, pour rencontrer ces visages, arrêter ces silhouettes qui se fondent dans le paysage. Dès son arrivée en Basse Normandie il continue de construire cette mosaïque d’images argentiques où la part de l’impression s’associe au contenu documentaire. C’est ce savant mélange que d’autres appelleraient la photographie d’auteur qui permet au visiteur de l’exposition de rentrer dans cet univers des «Gens du Pays» et de les voir en lieu et place du photographe. Bien sûr, comme le dit Christian Malon, il y a là œuvre de mémoire. A plusieurs reprises l’enseignant a montré ce travail à des élèves destinés, eux aussi, à vivre de la terre mais qui ont d’abord appris à regarder des images à la télévision avant de savoir lire leurs manuels d’histoire. De cette confrontation le photographe comme il le raconte lui-même, en a reçu le plus beau compliment: «les jeunes sont très intéressés, un jour l’un d’eux m’a dit que mes photos n’avaient pas besoin de légendes»; ce futur exploitant avait compris que les photographies de Christian Malon parlaient du souvenir des paysans avec le silence perceptible de leurs propres mots.

Eric Perrot

Écrire commentaire

Commentaires : 0