ven.

03

mars

2017

Guillaume LE TOUZE

 

LA MORT DU TAXIDERMISTE

 

Bernard a appris au cours de sa vie l'art si singulier de la taxidermie. Réinventer la vie, le mouvement, l'harmonie, sauvegarder l'apparence, la mémoire d'une créature aimée, en refuser la perte et effacer l'absence, mais ce n'est pas tout. Qu'avait-il trouvé dans ce métier si rare qui l'ait tant consolé, voire réenchanté ? Sur le point de quitter ce monde, Bernard va choisir une fois encore d'en maîtriser la scénographie.

 

Un roman qui aborde l'identité sous le signe de la topographie choisie ou offerte par la vie. Car le personnage principale est une île de Méditerranée alanguie de courbes, hérissée de monts et de blocs granitiques, une île habitée d'arbres millénaires préservant dans l'épaisseur de leur feuillage l'empreinte métaphysique des lieux, la trace et le passage des générations précédentes si subtilement imprimées dans les replis du paysage.

 

CRITIQUES PRESSES

 

Écrire commentaire

Commentaires : 0