Don DELILLO

 

ZÉRO K

 

Choisir de mourir pour prendre la mort de vitesse, décider de se transformer en créature-éprouvette dans l’attente de jours meilleurs afin de revenir au monde en être humain augmenté et radicalement inédit, telle est l’offre de “Zero K”, un centre de recherches secret.

Son principal actionnaire, le richissime Ross Lockhart, décide de faire appel à ses services pour son épouse, atteinte d’une maladie incurable, et convoque son fils unique pour assister a la fin programmée de la jeune femme consentante. Père et fils vont alors devoir prendre un “congé incertain” de la jeune femme sur le point d’abandonner son corps et de le livrer aux hypothèses de la science. Ross, dans son chagrin, va peu a peu se laisser fasciner par le désir de faire a son tour le pari de ce passage dans une autre dimension, pour vivre l’expérience promise : rester le même tout en devenant un autre. Une tentation et une option que son fils trouve indéfendables tant lui-même se sent tenu par un engagement a l’égard de la seule vie qui lui a été allouée.

 

Un roman d’une puissance et d’une portée rares, qui met en balance la noirceur du monde tel qu’il va avec la beauté et la splendeur miraculeuses que recèlent nos vies, simples et profondes. Sur les mirages de l’immortalité versus la reconduction du pari sur la finitude humaine, sur l’impossible dialectique du “même” et de “l’autre”, Don DeLillo propose ici une méditation dont l’impressionnante formulation littéraire n’a d’égale que l’abyssale profondeur philosophique.

 

CRITIQUES PRESSES

 

Se faire congeler dans l’espoir de ressusciter. Avec « Zero K », le grand romancier américain s’attaque au transhumanisme et réinvente l’art de mourir. Impressionnant.  (31-08-2017)

Écrire commentaire

Commentaires : 0