Sorj CHALANDON

 

                      LE JOUR D'AVANT

 

« Venge-nous de la mine », avait écrit mon père. Ses derniers mots. Et je le lui ai promis, poings levés au ciel après sa disparition brutale. J’allais venger mon frère, mort en ouvrier. Venger mon père, parti en paysan. Venger ma mère, esseulée à jamais. J’allais punir les Houillères, et tous ces salauds qui n’avaient jamais payé pour leurs crimes.

 

CRITIQUES PRESSES

 

En 1974, l’écrivain, alors journaliste à « Libé », a été marqué par la catastrophe de Liévin et ses 42 mineurs morts. Longtemps différé, « Le Jour d’avant » leur rend hommage.  (01-09-2017)

Écrire commentaire

Commentaires : 0