LA MÉDIATHÈQUE : DES ORIGINES À AUJOURD'HUI

 

 La première bibliothèque municipale 

La première bibliothèque municipale publique à Argentan date de 1846. Elle fut fondée par M. de Salvandy, alors ministre de l'Instruction publique.

La bibliothèque possède à cette époque 4000 ouvrages.

Elle trouve d'abord sa place à l'Hôtel de Ville, dans la salle du conseil municipal. Son fonds y fait l'objet d'un premier classement. Le local devenant trop exigu, elle est reléguée provisoirement au collège Mézeray.

La bibliothèque n'a guère fonctionné qu'à partir de la fin du XIXème siècle, bénéficiant alors de deux dons très importants : les legs Deplanche et Leprévost.


La reconstruction

En 1939, la municipalité restaure une maison à encorbellement du XVème siècle et y installe la bibliothèque. Les bibliothécaires qui vont se succéder mettent en ordre les collections qui s'enrichissent de dons et de legs divers. 
Pendant la Seconde Guerre Mondiale, la ville est en grande partie détruite. La chapelle Saint-Nicolas construite en 1373 par Pierre II de Valois, Comte d'Alençon et Seigneur d'Argentan a été particulièrement touchée par les bombardements. Sa démolition semble inévitable. Mais une pétition des Argentanais en 1948 et un recours auprès du Préfet pour sa réhabilitation vont la sauver. Décision est prise de reconstruire à l'identique à condition qu'y soient installés la bibliothèque et le musée. Ce sera chose faite en 1962.

 


Les Rédemptoristes avant la Médiathèque

La communauté des Rédemptoristes arrive à Argentan le 24 novembre 1867 sous l'impulsion de Monseigneur Frédéric Rousselet, évêque de Sées. Les pères de cette congrégation ont pour mission d'apporter une espérance nouvelle à l'individu et de donner un sens à son existence. Ils doivent être à l'écoute des malades et de ceux qui les entourent.


Ils bâtissent, cinq ans plus tard, leur lieu de culte : la chapelle des Rédemptoristes. Aussi appelée "Notre-Dame-du-Perpétuel-Secours", elle est dédiée à la sainte Vierge, patronne miraculeuse de la chapelle. Elle sera un chef-d'œuvre d'architecture néo-romane.



 

En 1880, les Rédemptoristes sont menacés d'expulsion. Une polémique éclate et les membres du conseil municipal doivent débattre du bienfait ou méfait des pères rédemptoristes sur Argentan. Lors du conseil municipal du 7 janvier 1902, un élu tiendra ces propos : 

 

"Nous ne savons pas ce qui se passe dans cette maison de passage. Les religieux s'enrichissent d'une façon effrayante. Et avec quoi ? Avec des dons, produit, le plus souvent, de ce travail louche qui se fait partout, même au lit de mort, quand ces bons pères flairent un cadavre, dont ils espèrent détourner à leur profit l'héritage." 


Après un vote défavorable du conseil, il est décidé que les pères doivent être expulsés et quitter la ville. Ils célébreront leur dernière messe le 19 avril 1903 et seront, quelques temps après, évacués par les forces de police. 

 
Ce merveilleux site est alors laissé à l'abandon alors que l'Eglise catholique utilise toujours la chapelle pour consacrer des messes, des mariages, des communions….

 

Ces différents cultes sont d'ailleurs célébrés jusqu'en 1973, date à laquelle l'église Saint-Michel est construite.

 

 


Ouverture de la Médiathèque

Malgré un réaménagement du rez-de-chaussée en 1986, la chapelle Saint-Nicolas est complètement saturée. Aussi la municipalité a-t-elle décidé le transfert de la bibliothèque dans l'ancien couvent des rédemptoristes. Le bâtiment du XIXème siècle, rénové et agrandi d'une structure moderne, accueillera les sections adulte et jeunesse et une discothèque-vidéothèque.


La Ville décide d'acquérir le site des Rédemptoristes en septembre 1974 et de réaménager le parc de 15000 m² en jardin public.

 

La suite est désormais bien connue : les travaux de construction de la médiathèque, dirigés par les services de la Ville et l'architecte Pascal Prunet, débuteront le 21 février 1994.

 


La Médiathèque ouvre ses portes le 15 octobre 1995. Depuis, elle s'est à nouveau agrandie et a ouvert, en mars 2001, l'Espace Image, Son et Multimédia dans l'ancienne chapelle.

 

Si la bibliothèque d'Argentan possède 4000 volumes en 1879, 20 000 en 1940, elle compte actuellement plus de 100 000 documents, dont 74 000 en libre accès, et 14 000 livres pour les fonds ancien et normand.